540 rue St-Antoine local 101, Contrecoeur QC | 450-587-5527

Maladie des yeux

Le glaucome

glaucom2

Le glaucome, une maladie sournoise qui se dépiste facilement.
Le glaucome est la troisième cause principale de la cécité et il affecte environ 2 % de la population de plus de 40 ans.

En résumé, le glaucome résulte d’une pression oculaire élevée causée par des difficultés de drainage du liquide qui circule dans l’oeil. Cette pression élevée endommage graduellement la rétine qui tapisse l’arrière de l’oeil et particulièrement le nerf optique, causant une perte de la vision périphérique. Le glaucome se manifeste rarement par des symptômes. Un dépistage précoce est donc important afin de permettre un traitement approprié et éviter ainsi des complications sérieuses, dont la cécité.

Vu que les pertes de la vision sont permanentes, le dépistage précoce est nécessaire.

Lors de votre examen complet de la vision, l’optométriste procède à la mesure de la pression intra-oculaire à l’aide d’un appareil appelé « tonomètre ». De plus, il explorera vos champs visuels avec des appareils appropriés; il examinera aussi votre fond d’oeil et l’état du nerf optique avec un ophtalmoscope.

Ces tests cliniques doivent être effectués régulièrement. On conseille une visite annuelle, parfois plus si votre optométriste le juge nécessaire. Après l’âge de 40 ans, il est imprudent d’attendre 2 ans ou plus entre deux visites chez votre optométriste…

Que se passe-t-il dans l’oeil?
Il existe dans l’oeil deux chambres (ou espaces) importantes : la chambre antérieure (en avant de l’iris) et la chambre postérieure (en arrière du cristallin). La chambre antérieure est remplie d’un liquide appelé « l’humeur aqueuse ». Ce fluide transporte des éléments nutritifs. L’humeur aqueuse est formée en arrière du cristallin et doit circuler par la pupille et de là, par un treillis et par la suite par un canal d’évacuation pour se rendre dans les veines qui drainent l’oeil.

chambre1

La pression intra-oculaire (pour le maintien de sa forme ronde), est normalement équilibrée par la production de l’humeur aqueuse et son évacuation. Si la production de cette dernière augmente ou si l’évacuation est diminuée, alors la pression augmente et comprime les structures du fond d’oeil, dont le nerf optique et les fibres nerveuses de la rétine.

Le nerf optique a pour rôle de transmettre les informations visuelles captées par l’oeil (la rétine) vers le cerveau. De plus, le nerf optique contient les veines et les artères qui entrent et sortent de l’oeil. Un mauvais drainage est donc souvent la cause fréquente de l’augmentation de la pression intra-oculaire.

Hypertension oculaire ou glaucome?
Il est important de distinguer les deux conditions. L’hypertension oculaire est la condition où la pression oculaire demeure trop élevée, mais la rétine demeure en bonne santé et il n’y a pas de perte de vision dans le champ visuel.

On ne devrait parler véritablement de glaucome que lorsque la rétine commence à être endommagée à cause de l’augmentation continue de la pression intra-oculaire.

Le glaucome peut également être associé à différentes conditions comme le diabète. Il peut survenir à la suite d’un traumatisme ou d’un accident, tel un coup de bâton de hockey, de branche d’arbre. Il peut aussi être provoqué par certains médicaments comme une prise prolongée de cortisone.

Le glaucome à angle fermé (glaucome aigu)
Le glaucome à angle fermé se forme dans l’angle formé entre l’iris et la cornée et ce glaucome est très douloureux. Cela se produit dans environ 10 % des cas.

chambre2

Normalement, la pression oculaire se maintient autour de 15 à 20 mm de mercure. Dans le cas d’un glaucome aigu, la pression pourrait s’élever jusqu’à 80 mm de mercure! C’est véritablement une situation d’urgence!

Les signes et les symptômes d’une crise aiguë de glaucome (à angle fermé) sont les suivants :

  • Vision embrouillée soudaine
  • Rougeur de l’oeil
  • Douleurs dans et autour de l’oeil
  • Perception de halos colorés autour des lumières
  • Sensibilité extrême à la lumière (photophobie)
  • Pupille dilatée
  • Nausées
  • Vomissements

Le glaucome à angle ouvert
Dans ce cas-ci, la pression est plus élevée que la normale : 22 mm de mercure et plus. Mais en plus, la rétine commence à être endommagée et des pertes sont visibles au niveau des champs de vision périphérique.

Le glaucome se traite…


(Source : Association des Optométristes du Québec)

Les cataractes

Une cataracte survient quand le cristallin, un corps transparent situé derrière la cornée, devient opaque et empêche la lumière de se rendre au fond de l’oeil.

Le cristallin, c’est la lentille de l’oeil. On peut l’apparenter à l’objectif d’une caméra puisque, comme la lentille de l’appareil photo, le cristallin permet de concentrer les rayons dans l’oeil afin de les faire converger sur la rétine. Il permet ainsi la mise à foyer de l’oeil en se modifiant lorsqu’un objet est regardé de près.

Avec les années, les composantes du cristallin deviennent moins transparentes et développent des opacités. Cette condition est appelée « cataracte » et est plus fréquente chez les personnes âgées. On estime que près de 50% des gens de plus de 65 ans en sont atteints, ce qui représente 800,000 canadiens.

Lors de votre visite annuelle chez votre optométriste, celui-ci vérifie si vos yeux sont atteints de cette condition.

Il existe une grande variété de cataractes:

  • la cataracte congénitale: présente à la naissance;
  • la cataracte traumatique: causée par un accident. Celle-ci pourrait dans bien des cas être évitée si on se munissait de protecteur oculaire (lunettes de sécurité au travail et visière dans les sports);
  • la cataracte sénile: celle que nous aborderons dans ce dépliant.

QU’EST-CE QUE LA CATARACTE?

Un phénomène normal du vieillissement, inévitable comme les cheveux blancs. Elle rend aveugle et est la troisième cause de cécité en Amérique du Nord. Elle commence habituellement dans un oeil puis affectera l’autre un peu plus tard. Elle entraîne des problèmes de vision.

Les symptômes:

  • Vision floue et embrouillée;
  • Sensibilité accrue à la lumière intense;
  • Éblouissement;
  • Sensation de voir à travers une vitre givrée;
  • Les couleurs perdent de leur éclat;
  • Images plus claires avec un oeil;
  • Vision double d’un oeil;
  • Besoin d’un meilleur éclairage pour activités de près;
  • Amélioration de la vue dans certains cas.

Certains facteurs favorisent son apparition:

  • Maladies: diabète, maladie de Paget, hypothyroïdisme;
  • Médicaments: les stéroïdes, par exemple;
  • Radiations: U.V., I.R., rayons ionisants;
  • Hérédité.

Si vous semblez avoir un de ces symptômes, un examen complet de vos yeux chez votre optométriste tranchera la question.

LA CATARACTE, CE QU’ELLE N’EST PAS

globsec

Ici, le cristallin (la lentille à l’intérieur de l’oeil) est transparent.

globcat

Le cristallin devient opaque: la lumière pénètre de moins en moins dans l’oeil.

Contrairement à la croyance populaire, il ne s’agit pas d’un voile sur l’oeil mais plutôt dans l’oeil.

Ce n’est pas non plus une peau qui recouvre l’oeil ou une substance étrangère à l’oeil. Elle ne provoque pas de sensation de picotement ou de brûlure, ne fait pas couler les yeux et ne fait pas mal.

C’est lorsque le cristallin, un corps transparent situé derrière la cornée, devient opaque et empêche la lumière de se rendre au fond de l’oeil.

Votre optométriste utilisera un équipement spécialisé afin de déceler la présence d’une cataracte et de suivre son développement.

QUE FAIRE SI ON A DES CATARACTES?

Il est souvent indiqué de changer sa prescription de lunette régulièrement pour s’assurer de la meilleure vision possible tout au long du développement d’une cataracte. Il est parfois nécessaire de faire ces modifications fréquemment, si l’évolution est rapide.

Si vous êtes facilement ébloui par le soleil, votre optométriste vous recommandera l’utilisation d’un verre solaire approprié.

L’usage que l’on fait de ses yeux n’a aucun effet sur l’évolution d’une cataracte. Vous n’avez pas à modifier votre rythme de vie, vous pouvez lire, écrire, coudre ou effectuer des travaux exigeant beaucoup de minutie et d’attention sans que cela n’aggrave votre cas.

Quand votre cataracte entravera vos activités quotidiennes, l’optométriste vous référera.

TRAITEMENT DE LA CATARACTE

L’ophtalmologiste enlèvera un cristallin devenu opaque. Cela se fait la plupart du temps sous anesthésie locale. Le patient peut se lever après quelques heures et le pansement sera retiré le lendemain dans la plupart des cas. On n’opère qu’un oeil à la fois.

Autrefois, pour compenser l’absence du cristallin, le patient devenu aphaque (sans cristallin) aurait eu recours à des verres correcteurs ou à des lentilles cornéennes afin de rétablir une bonne vision.

Aujourd’hui, on fait encore mieux: durant la chirurgie, on peut remplacer le cristallin opaque par un cristallin artificiel appelé implant. Au début, la technique consistait à placer la lentille en avant de l’iris. Maintenant, elle est positionnée derrière l’iris à la lace normale du cristallin.

Il reste un faible pourcentage de patients qui ne peuvent bénéficier d’un implant.

Les lunettes sont alors fabriquées pour remplacer le cristallin perdu. Les lentilles seront épaisses. Elles limiteront aussi le champ de vision et le patient aura l’impression d’une vision de tunnel. L’image produite par cette lunette sera au moins 25% plus grande que la normale.

Par contre, la lentille cornéenne ne limitera pas le champ visuel et l’image ne sera grossie que de 8%. Il est donc plus avantageux d’avoir recours aux lentilles cornéennes.

Autrefois, lorsqu’on avait subi l’ablation de la cataracte, des dommages rétiniens (dernière couche de l’oeil) pouvaient se produire si on ne se protégeait pas contre les U.V. avec les lentilles solaires. Aujourd’hui, la plupart des implants absorbent les U.V. et protègent votre rétine.

La cataracte est un phénomène normal. Ainsi, toute personne vivant assez longtemps est susceptible de se retrouver un jour avec ce problème. La cataracte peut conduire à la cécité et exige de vous plusieurs visites chez votre spécialiste de la vue.

(Source : Association des Optométristes du Québec)

La dégénérescence maculaire

Qu’est-ce que la macula?

fondoeil

Voici une image du fond de l’oeil (de la rétine) superposé au champ de vision utilisable. La macula est située dans le centre de la vision. L’aire de la macula est responsable de la clarté des détails et des couleurs. Hors de cette zone, la discrimination visuelle est faible.

Qu’est-ce que la dégénérescence maculaire?
La dégénérescence maculaire est une maladie associée à l’âge et qui détruit graduellement l’aire de la macula, donc la vision centrale. Elle est la cause principale de la perte de la vision après 60 ans. Dans certains cas, la maladie avance tellement lentement qu’elle aura peu d’effet sur la vision. Par contre, chez d’autres, la maladie progresse rapidement et la perte de la vision centrale se fera dans un ou les deux yeux.

La rétine est un tissu nerveux qui tapisse le fond interne de l’oeil et qui est mince comme une feuille de papier. La rétine, on le sait, envoie les messages nerveux vers le cerveau.

Il y a deux formes de dégénérescence maculaire :

  1. la dégénérescence dite « sèche » ou « atrophique » : 90 % des gens ont cette forme de dégénérescence. On ne sait pas encore très bien ce qui cause cette forme de maladie, mais on observe la perte des cellules visuelles de la macula et une perte graduelle de la vision centrale. Actuellement, il n’existe aucun traitement chirurgical pour la forme atrophique, mais les recherches se poursuivent.

  2. la dégénérescence par soulèvement de la macula : dans ce cas, on observe la formation, sous la rétine, de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux, ce qui a pour effet de soulever la rétine et d’altérer la vision. Ces vaisseaux sanguins nouvellement formés sont très fragiles et souvent il y aura des hémorragies et présence de fluide sous la macula.

Quels sont les facteurs de risque?
Bien sûr, le principal facteur de risque demeure l’âge. On sait que les gens âgés de 60 ans et plus sont clairement plus à risque que les autres groupes d’âge. Si avant l’âge de 60 ans, le risque est d’environ 2 %, le pourcentage augmente jusqu’à 30 % après l’âge de 75 ans.

D’autres facteurs de risque sont :

  • le sexe de la personne : les femmes sont plus à risque pour cette maladie que les hommes
  • la race: les Caucasiens sont plus à risque que les personnes de race noire
  • les fumeurs : l’usage de la cigarette augmente le risque de la dégénérescence maculaire

Quels sont les symptômes de la dégénérescence maculaire?
Il n’y a aucune douleur dans les deux formes de la dégénérescence maculaire. Le signe le plus commun est l’embrouillement de la vision, surtout au centre du champ de vision. On voit alors moins de détails comme les visages ou les mots dans un livre. À un stade plus avancé, il y aura la présence d’une région noire au centre de la vision.

Un autre symptôme commun est le fait que les lignes droites vont paraître déformées. Cela résulte du fluide provenant des vaisseaux sanguins : ce fluide soulève la portion centrale de la rétine et cela déforme la vision.

Comment détecter la dégénérescence maculaire?
L’optométriste vous posera des questions pertinentes et effectuera de toute façon un examen du fond de l’oeil. Il pourra alors observer à l’aide d’un appareil, appelé ophtalmoscope, la région centrale de la rétine.

Il pourra aussi vous faire observer une grille d’Amsler (du nom de son inventeur) qui ressemble à un jeu de dames. Des changements dans la vision centrale causeront de la distorsion au niveau des lignes que vous regarderez.

Plus loin, nous vous avons inclus une illustration de la grille d’Amsler. Suivez les instructions. Rappelez-vous que cet exercice ne remplace en rien une consultation professionnelle. Dans le doute, consultez votre optométriste.

Y a-t-il un traitement pour la dégénérescence maculaire?
Il n’existe aucun traitement pour la forme atrophique de la dégénérescence maculaire. Par contre, des études montrent de plus en plus que certaines vitamines et certains minéraux (antioxydants) peuvent ralentir la progression de la maladie. Demandez plus d’informations lors de votre prochaine visite chez l’optométriste…

La chirurgie au laser peut parfois aider et traiter la dégénérescence par soulèvement de la rétine. Le traitement consiste à focaliser le rayon laser sur les nouveaux vaisseaux sanguins pour les détruire.

Comment prévenir la dégénérescence maculaire?
Malheureusement, il n’existe pas vraiment de moyen assuré d’éliminer l’apparition de la maladie. Les recherches futures sur le sujet démontreront si les vitamines et les minéraux antioxydants peuvent aider à prévenir l’apparition de cette maladie.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, un examen annuel complet chez l’optométriste est nécessaire, surtout si vous êtes âgés de 60 ans et plus. Votre optométriste pourra aussi vous remettre une grille d’Amsler afin de vous permettre de vérifier l’état de votre vision centrale à la maison.

La grille d’Amsler
Voici une illustration de la grille d’Amsler qui ressemble à celle que l’optométriste pourra vous remettre s’il le juge nécessaire. Cette grille possède deux formes ovales bleues de chaque côté.

  • Portez les lunettes que vous utilisez pour la vision de près (lecture, écriture)
  • Placez-vous à une distance d’environ 33-40 cm. Couvrez un oeil et regardez constamment le point au centre de la grille.
  • Pour voir la grille à la bonne distance, avancez-vous vers votre écran jusqu’à ce qu’une des deux formes ovales disparaisse et que vous n’en voyez qu’une seule. À ce moment, la forme ovale  disparaît à cause de la tache aveugle : c’est l’endroit où le nerf optique entre dans l’oeil; il n’y a aucune cellule visuelle, donc aucune vision.
  • Vous devriez pouvoir discerner à la fois le centre de la grille ainsi que ces quatre coins. Toutes les lignes devraient apparaître droites et continues de haut en bas et de gauche à droite. Sinon, un examen complet de vos yeux et de votre vision devient essentiel.
  • S’il apparaît des « trous » dans les lignes ou des endroits plus embrouillés que d’autres, un examen oculo-visuel est aussi de mise.

grille

(Source : Association des Optométristes du Québec)

Les yeux secs

Anatomie et physiologie
La source principale des larmes provient de la glande lacrymale située dans le toit de l’orbite du côté des tempes. Cette glande fonctionne principalement en réponse aux stimuli irritants, comme la fumée, le vent, les poussières, les oignons, etc. Les glandes lacrymales accessoires sont, elles, responsables de la sécrétion de base des larmes et du maintien de la lubrification continuelle des yeux.

Les larmes s’accumulent le long des paupières inférieures et sont drainées vers le coin interne des paupières inférieures et supérieures, par les canaux lacrymaux, dans les sacs lacrymaux. De là, les larmes sont acheminées vers le nez et la gorge. C’est pourquoi notre nez se bouche lorsque les yeux pleurent. C’est aussi la raison pour laquelle on peut sentir ou goûter un liquide lorsque des gouttes oculaires sont installées dans nos yeux.

Les problèmes des larmes
Les problèmes d’insuffisance de larmes résultent d’un dysfonctionnement d’une des deux glandes mentionnées ci-haut. Dans la plupart des cas, l’insuffisance lacrymale est due à une déficience des glandes accessoires de base.

Il existe un test simple, le test de Schirmer (du nom de son inventeur) qui consiste à placer de petits papiers filtres à l’intérieur des paupières du bas et à mesurer la quantité de larmes qui se rend à ces papiers filtres.

L’insuffisance de la fonction d’une ou l’autre des glandes apparaît lors de conditions variées, la plus commune étant la kératoconjonctivite sicca (kérato= cornée de l’oeil; conjonctivite= inflammation de la conjonctive de l’oeil; sicca= sèche) ou sèche.

Les principaux symptômes sont :

  • la sensation de brûlure aux yeux
  • les yeux rouges
  • la photophobie (sensibilité à la lumière)
  • la vue brouillée
  • beaucoup de sécrétions ou de mucus dans les yeux

Les problèmes associés aux larmes
Plusieurs individus ayant les « yeux secs » ont aussi une inflammation chronique et/ou une infection des bords des paupières. Les bords des paupières sont rouges et souvent une séborrhée (pellicules) est présente. De façon commune, une infection causée par les bactéries staphylocoques se retrouve. Si c’est le cas, des antibiotiques simples seront suggérés.

Les porteurs de lentilles de contact sentiront un inconfort s’ils ont les yeux secs. De plus, la qualité de l’air du milieu de travail sera un facteur majeur pour ces individus. Nombre de porteurs de lentilles sont incapables de les porter au travail.

De plus, la nature des tâches de travail affectera aussi ces individus. On sait, par exemple, qu’après 3 ou 4 heures de travail sur un terminal à écran cathodique, la fréquence de clignement peut diminuer de moitié! Cela n’est pas sans nuire aux individus qui ont déjà une condition d’insuffisance lacrymale…

Le traitement des yeux secs
Si votre optométriste a décelé chez vous un problème d’insuffisance des larmes, il est important de comprendre que certains médicaments tels les Valium, Librium, hormones pour les femmes, et les pilules anticonceptionnelles sont reconnus pour diminuer le débit des larmes. Si vous prenez un de ces médicaments, parlez-en à votre médecin de famille.

Le traitement de base de l’insuffisance lacrymale est l’utilisation de larmes artificielles. Ces gouttes servent à remplacer ou à augmenter la lubrification des yeux. Il existe plusieurs marques de commerce de larmes artificielles sur le marché telles que :

  • Isopto-TearsT
  • Liquifilm TearsT
  • Tears NaturaleT
  • HypotearsT
  • Tear DropsT
  • etc.

De plus, il existe d’autres préparations sous forme de gel ou onguent. Il est préférable de les utiliser au coucher pour les individus qui se sentent les yeux particulièrement secs, au lever et le matin. Ces préparations, utilisées durant le jour, vont brouiller la vision alors qu’elles se solubilisent dans les yeux.

On retrouve les gels sous le nom de :

  • Lacri-LubeT
  • Dura-TearsT
  • etc.

Toutes ces solutions ou onguents sont essentiellement non toxiques et plus ou moins inoffensifs lors de leur utilisation. Normalement, les individus doivent mettre leurs gouttes environ quatre fois par jour, mais parfois aussi fréquemment qu’une fois par heure. La fréquence de leur utilisation est aussi principalement déterminée par la présence ou l’absence des symptômes initiaux.

(Source : Association des Optométristes du Québec)

La rétinopathie diabétique

Environ 10 millions de personnes aux États-Unis souffrent du diabète. Il est important de savoir que le diabète peut affecter et causer des dommages aux yeux.

Heureusement, il y a des façons de prévenir ou de diminuer les dommages aux yeux causés par le diabète. C’est pourquoi il est important que les gens qui en souffrent devraient avoir un examen oculo-visuel complet aussitôt que la maladie est diagnostiquée et ensuite au moins une fois par année.

Des examens oculo-visuels réguliers sont particulièrement nécessaires pour les personnes qui souffrent de diabète depuis au moins 5 ans ou plus, pour ceux qui ont de la difficulté à contrôler leur taux de sucre dans le sang, et pour les femmes enceintes et diabétiques.

La rétinopathie diabétique est potentiellement une maladie oculaire sérieuse causée par le diabète. Elle affecte la rétine — le tissu nerveux au fond de l’oeil qui transmet les messages visuels au cerveau. Des lésions au niveau de ce tissu délicat peuvent causer des dommages importants voire même la cécité.

La rétinopathie diabétique débute avec une légère détérioration des petits vaisseaux sanguins de la rétine. Des portions de ces vaisseaux gonflent et un fluide s’échappe dans le tissu rétinien au pourtour. Généralement, ces changements dans la rétine ne causent aucun symptôme. Par contre, ils peuvent être détectés par un professionnel entraîné à voir les changements subtils de cette maladie rétinienne.

Chez plusieurs personnes souffrant de la rétinopathie diabétique, la maladie ne causera jamais de problèmes visuels importants. Mais chez certains individus, les vaisseaux peuvent continuer à couler et ainsi causer un œdème maculaire. L’œdème est une accumulation de fluide au niveau de la macula — la portion au centre de la rétine responsable de la vision claire et précise. Quand la macula devient enflée à cause de l’excès de fluide, la vision diminue tellement qu’elle devient difficile ou même impossible.

D’autres personnes développent une condition encore plus sévère appelée la rétinopathie proliférative. Cette condition peut se développer avec ou sans œdème maculaire. Lors de la rétinopathie proliférative, de nouveaux vaisseaux anormaux vont se créer sur la surface de la rétine. Ces nouveaux vaisseaux sont très fragiles et se rompent facilement : des hémorragies apparaissent et peuvent bloquer la vision. Des cicatrices se forment aussi près de la rétine et il y a danger d’un décollement de la rétine. Une perte sévère ou une cécité peut en résulter. Mais cela n’a lieu que chez une faible minorité de gens qui souffrent de diabète.

Près de 40 % de tous les diabétiques auront aux moins de légers signes de rétinopathie diabétique. Près de 3 % vont souffrir d’une perte visuelle sévère à cause de cette maladie.

En général, plus le diabète existe depuis longtemps, plus il y a de chances de développer une rétinopathie diabétique.

Tel qu’indiqué précédemment, la rétinopathie diabétique sera un des symptômes principaux. Mais la rétinopathie proliférative peut progresser longtemps avant que les symptômes n’apparaissent. C’est pourquoi les gens qui souffrent du diabète doivent subir un examen oculo-visuel complet afin que les problèmes oculaires soient détectés et traités si nécessaire.

Récemment, des chercheurs ont montré qu’un traitement au laser pouvait prévenir les pertes visuelles chez beaucoup de gens ayant un œdème maculaire. Ce traitement, appelé photocoagulation, consiste à focaliser la lumière du laser sur les vaisseaux qui laissent passer le fluide dans la macula. Le but du traitement est de sceller les vaisseaux pour empêcher le passage du fluide. Chez plusieurs patients, ce traitement peut arrêter la diminution visuelle ou même améliorer la vision.

Les recherches ont aussi montré que la photocoagulation au laser peut diminuer considérablement le risque de cécité chez les gens qui ont la rétinopathie proliférative. Pour ces patients, le laser est utilisé d’une manière différente : il n’est pas focalisé sur la macula, mais sur des centaines de points situés dans les autres parties de la rétine. Le but de ce traitement est de détruire les tissus affectés et de faire en sorte que la rétinopathie ne s’étende. De fait, le traitement peut réduire le risque d’une perte visuelle sévère de 60 %.

Habituellement, l’ophtalmologiste envisage un traitement au laser quand la personne diabétique a une rétinopathie proliférative ou des signes rétiniens qui prédisent son développement. Aussi, les personnes qui présentent un œdème de la macula pourront aussi bénéficier du traitement.

La décision quant à recommander un traitement au laser à une personne en particulier va dépendre à la fois des bénéfices potentiels et des effets secondaires : la prévention ou le ralentissement de la perte de la vision — versus les risques d’effets secondaires indésirables. Cela peut inclure une perte de la vision centrale ou périphérique.

Malheureusement, le traitement au laser ne peut redonner la vision à celui qui a déjà souffert de dommages à la rétine à cause de la rétinopathie diabétique. Aussi, le laser ne peut être utilisé si une hémorragie interne de l’oeil fait en sorte qu’il est difficile ou impossible de voir les régions de la rétine qui sont à traiter.

Certains patients qui souffrent de la rétinopathie — incluant ceux qui ont eu la photocoagulation — peuvent devenir aveugles à cause d’une hémorragie intensive dans l’oeil. Actuellement, les ophtalmologistes peuvent retirer le sang et le tissu cicatriciel hors de l’oeil. Cette technique s’appelle la vitrectomie.

À la suite d’une vitrectomie, les patients peuvent souvent voir assez bien pour se déplacer par eux-mêmes. Occasionnellement, la vision de l’oeil opérée est suffisante pour reprendre les activités de tous les jours comme la lecture ou la conduite automobile.

L’examen oculo-visuel : à quelle fréquence?
Voici quelques suggestions :

Âge Examen de base Suivi
12-30 Vous souffrez de diabète depuis 5 ans une fois par année *
30 + Au moment du diagnostic du diabète une fois par année *

* ou selon les recommandations de l’optométriste ou de l’ophtalmologiste
(Source : Association des Optométristes du Québec)

La rétinite pigmentaire

La rétinite pigmentaire, ou RP, est un terme qui décrit un groupe de maladies héréditaires chroniques et progressives qui peuvent prendre plusieurs formes. La rétinite pigmentaire affecte plus de 100 000 individus au Canada et trois millions de personnes dans le monde. Un individu sur 80 porte le gène de la rétinite récessive, la forme la plus répandue. Le syndrome de Usher, qui est associé à la RP, affecte environ 1 000 personnes au Canada.

La rétinite pigmentaire touche la rétine à l’arrière de l’oeil qui consiste en plusieurs minces couches de cellules nerveuses (les bâtonnets et les cônes). Les cônes qui sont surtout présents au centre de la rétine sont responsables de la vision des détails (l’acuité visuelle) et la vision des couleurs. Les bâtonnets sont concentrés à la mi-périphérie et à la périphérie de la rétine et sont responsables de la détection des mouvements dans notre champ de vision et de la vision nocturne.

La rétinite pigmentaire est caractérisée par une dégénérescence des bâtonnets et des cônes ainsi que par une pigmentation anormale de la rétine. Il y a alors apparence de toiles d’araignées sur la rétine. Le résultat de cette maladie est la cécité nocturne (au début) puis la restriction des champs de vision (vision en tunnel). La cécité nocturne fait en sorte que la personne peut se débrouiller passablement bien en vision de jour, mais aussitôt qu’il fait sombre, la vision devient impossible. Entrer dans une salle de cinéma, par exemple, devient alors un cauchemar! Les symptômes sont de plus en plus importants au fur et à mesure des années.

Les symptômes de la RP sont plus importants chez les adolescents et les jeunes adultes et la maladie progresse tout au long de la vie de l’individu. La rapidité de la progression et l’importance des problèmes visuels varient selon les personnes.

Les chercheurs ont trouvé les gènes défectueux qui causent certaines formes de RP, surtout celle qui se transmet de façon dominante (environ 20 % de tous les cas).

La RP peut être détectée assez tôt par un électrorétinogramme (ERG), qui se mesure à l’oeil un peu de la même façon que l’électrocardiogramme (ECG) mesure les activités du coeur. Une consultation en génétique est alors importante pour prévenir l’apparition de cette maladie chez les enfants, par exemple.

Récemment, les chercheurs ont rapporté que la vitamine A (15 000 UI) pouvait aider à ralentir la progression de la maladie chez certaines personnes. Mais la maladie ne s’en trouve pas guérie. Il semble aussi que la vitamine E ait un effet néfaste sur la RP : elle accélérerait le cours de la maladie. Ces études concernaient 600 individus âgés de 18 à 49 ans et ont duré entre 4-6 ans.

Les recherches continuent et récemment le Dr Manuel del Cerro de l’université de Rochester rapportait en novembre 1996 qu’il a pu effectuer des transplantations de cellules de la rétine chez 8 patients. Il semble que des améliorations mesurables ont  été observées chez quatre de ces patients. Ces données ont été rapportées à la conférence de la Society for Neuroscience à Washington, DC, en novembre 1996.

Lors de chaque transplantation, près d’un million de cellules rétiniennes fœtales sont injectées dans l’espace sous rétinien, juste en dessous de la rétine. Pour éviter des dommages visuels, les transplantations ont été effectuées chez des personnes presque aveugles.

Des quatre patients qui ont eu une amélioration, un patient a progressé de la perception lumineuse à une acuité visuelle de 20/200 (5 %). Sans doute, les transplantations ouvriront une nouvelle porte pour le traitement de cette maladie jusqu’ici incurable…

L’orgelet et le chalazion

L’orgelet (ou hordeolum externe)

Il y a plusieurs petites glandes et conduits de glandes dans nos paupières. (Voir l’anatomie de la paupière ci-bas). Elles peuvent s’infecter ou simplement se bloquer et enfler, provoquant une douleur ou de l’inconfort. Parfois, on peut voir ou sentir un petit nodule. L’orgelet apparaît plus souvent dans la paupière supérieure près du bord de la paupière et des cils (voir illustration), mais peut se retrouver aussi dans la paupière inférieure.

Souvent, l’orgelet résulte d’une infection due à une bactérie appelée le staphylocoque dans un follicule de cil ou dans les glandes associées de Zeis ou de Moll. Le staphylocoque est une bactérie très commune et souvent présente sur la peau. Quelquefois, ces bactéries se reproduisent profusément et provoquent une inflammation.

L’orgelet se traite de la façon suivante : des compresses d’eau chaude trois ou quatre fois par jour jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement. La plupart du temps, la condition s’améliore après une journée ou deux et est complètement guérie après une semaine.

Un orgelet qui grossit rapidement ou qui s’ouvre et laisse s’échapper du pus demande une attention particulière. On doit alors utiliser des gouttes antibiotiques ou un onguent ainsi que des compresses d’eau chaude. Cela raccourcit souvent le temps de guérison et est recommandé pour les personnes ayant des orgelets à répétition (chroniques), pour ceux qui ont une infection des paupières (blépharite).

Hordeolum interne

Essentiellement, c’est la même condition que l’orgelet sauf que l’infection se situe dans une glande différente, plus centrale et interne appelée glande de Meibomius. Puisqu’il est plus interne, il est généralement plus douloureux que l’orgelet. Le traitement est le même sauf que des antibiotiques sont plus souvent nécessaires.

Le chalazion

Le chalazion est le plus souvent causé par une accumulation de sécrétions d’une glande de Meibomius résultant en un blocage du conduit. Il n’est pas causé par une infection. Lorsque le sébum (sécrétions) s’accumule trop, il fait enfler la paupière puis devient de plus en plus inconfortable ou douloureux. Le sébum peut aussi se durcir et former une grosse masse dans la paupière.

Le chalazion est plus résistant que l’orgelet. Il nécessite également l’utilisation de compresses d’eau chaude pendant une semaine ou deux. Parfois, il faut recourir à un traitement médical pour le guérir plus rapidement. Cela peut inclure : une injection de cortisone dans le chalazion, ou une incision pour l’extraire s’il a durci.

Figure : Anatomie de la paupière

paup

Orgelet

Chalazio

Les corps flottants et les éclairs de lumière

Que sont les corps flottants?
Les corps flottants apparaissent comme des points, des lignes, ou des «fils d’araignée» gris ou noirs devant les yeux. Pendant que les yeux se déplacent, les corps flottants se déplacent aussi. Ils ne suivent pas vos mouvements des yeux avec précision, car ils dérivent habituellement quand les yeux commencent ou cessent à se déplacer.

Des corps flottants sont provoqués par des amas ou des petits morceaux de matériaux suspendus dans la gelée vitreuse (appelée humeur vitrée) qui remplit l’arrière de l’oeil. Les corps flottants moulent des ombres sur la rétine sensible à la lumière. C’est réellement l’ombre du corps flottant que vous voyez. Les corps flottants peuvent avoir une variété de causes, certaines sérieuses et d’autres moins sérieuses (voir ci-dessous).

Que sont les flashes?
Les flashes sont des sensations de lumière, quand aucune lumière n’est vraiment là.  Ils peuvent apparaître autant de lumières lumineuses minuscules  ou comme des portions d’éclairs dans le ciel.

Les flashes peuvent se produire quand l’humeur vitrée tire sur la rétine ou la déchire. Ces flashes ne durent habituellement que pendant une seconde ou presque, mais généralement réapparaissent à plusieurs reprises. Ils deviennent plus évidents avec le mouvement des yeux ou dans une salle sombre.

Certains individus ayant des maux de tête ou des migraines peuvent éprouver un type de flash différent.  Celles-ci vont habituellement avoir un mouvement de pulsation où la lumière présente des déformations constantes pendant une période d’environ quinze minutes. Elles apparaissent habituellement au centre du champ visuel et progressent lentement vers les bords de ce dernier. Un mal de tête en palpitation et localisé d’un seul côté de la tête peut survenir après la disparition des flashes.

Les corps flottants et les flashes sont-ils sérieux?
Beaucoup de gens ont des corps flottants.  Les corps flottants que vous avez depuis des années et qui présentent peu de changements, sont généralement bénins. C’est le début soudain d’un ou de corps flottants importants qui peut être alarmant. Le début des flashes peut également être sérieux.

Une personne ayant des flashes ou un début soudain de corps flottants  devrait être examiné promptement par un optométriste.  L’optométriste effectuera un examen du fond de l’œil avec dilatation des pupilles (examen du vitré et de la rétine avec un équipement spécial après avoir administré des gouttes pour agrandir les pupilles).

Qu’est-ce que le vitré?
Le vitré est un matériel gélatineux qui remplit l’espace à l’intérieur de l’oeil en arrière du cristallin. Avec l’âge, le vitré aura tendance à se liquéfier et peut se crisper. Cela se produit souvent et beaucoup plus tôt dans les yeux qui sont fortement myopes. Cela peut se produire également après des dommages ou une inflammation dans l’oeil.

Qu’est-ce que la rétine?
La rétine est une feuille mince de tissu nerveux sensible à la lumière à l’intérieur de l’oeil. C’est le tissu qui transforme la lumière en un signal électrique envoyé au cerveau.

Qu’est-ce que l’optométriste recherchera si j’ai des flashs et/ou des corps flottants?
Votre optométriste regardera à l’intérieur de l’oeil pour voir s’il y a une maladie ou des dommages au vitré ou à la rétine. Le début soudain de corps flottants ou de flashes est souvent dû à une séparation du vitré de la rétine. Quand ceci se produit, la rétine peut se déchirer ou se décoller dans environ 10 % des cas.  Dans la plupart des cas, la rétine n’est pas déchirée, et votre optométriste examinera votre oeil encore à une date ultérieure.

Que faire au sujet des corps flottants et des flashes?
Vos flashes sont susceptibles de disparaître au bout de quelques jours ou semaines. Ceci peut être vrai même si vous avez une déchirure ou un décollement rétinien!  Il est donc important d’être examiné par un optométriste même si vos flashes disparaissent tout seuls.

Les corps flottants tendent à rester plus longtemps que les flashes. Dans la plupart des cas, ils diminuent graduellement après des semaines ou des mois. Souvent ils ne disparaissent pas complètement. La plupart des personnes apprennent à les ignorer.  Les corps flottants, comme les flashes, peuvent disparaître même si une déchirure ou un décollement de la rétine est présent. Encore une fois, vous devriez être examinés même si les corps flottants semblent partir.

Si vous avez une déchirure ou un décollement rétinien, votre optométriste vous parlera au sujet du traitement (voir la section sur les décollements de la rétine).
(Source : Association des Optométristes du Québec)

Le décollement de la rétine

Qu’est-ce que le vitré?
Le vitré est un matériel gélatineux qui remplit l’espace à l’intérieur de l’oeil en arrière du cristallin. Avec l’âge, le vitré aura tendance à se liquéfier et peut se crisper. Cela se produit souvent et beaucoup plus tôt dans les yeux qui sont fortement myopes. Cela peut se produire également après des dommages ou une inflammation dans l’oeil.

Qu’est-ce que la rétine?

La rétine est une feuille mince de tissu nerveux sensible à la lumière à l’intérieur de l’oeil. C’est le tissu qui transforme la lumière en un signal électrique envoyé au cerveau.

Qu’est-ce que la déchirure rétinienne?
Quand le vitré se sépare de la rétine, parfois, elle peut la déchirer. Ces déchirures sont souvent petites et placées près de l’avant de la rétine.  Les seuls symptômes produits par une déchirure rétinienne sont des flashes et/ou des corps flottants.

N’importe qui avec des flashes ou le début soudain d’un nouveau corps flottant (ou des corps flottants) devrait être examiné promptement par un optométriste. L’optométriste recherchera soigneusement la présence de déchirures rétiniennes.

Qu’est-ce qu’un décollement de la rétine?
Un décollement de la rétine est une séparation de la rétine du mur arrière de l’oeil. Quand il y a une déchirure de la rétine, le liquide du vitré peut passer par la déchirure et détacher la rétine. Pendant que le fluide s’accumule, le décollement rétinien devient plus important.  Les secteurs isolés de la rétine perdent alors leur sensibilité à la lumière.

Quels sont les symptômes d’un détachement de rétine?
La plupart des personnes notent des corps flottants et des flashes avant que la rétine ne se détache.  Pendant que le décollement se produit, un secteur du champ de vision sombre (zone noire) qui s’agrandit graduellement peut être vu. Certains comparent ceci à un rideau qui descend ou un voile qui se dessine devant l’oeil. Le voile foncé peut commencer dans n’importe quelle partie du champ visuel. Si le voile foncé atteint le centre du champ visuel, l’oeil peut ne plus voir les fins détails.

Qui peut avoir un décollement rétinien?
Bien que n’importe qui puisse avoir un décollement de la rétine, ils sont bien plus communs dans quelques groupes d’individus. Ceux-ci incluent les personnes très myopes, les gens de 50 ans et plus, ceux qui ont eu des dommages significatifs à un oeil et ceux avec des antécédents familiaux de décollement de la rétine.

Comment les déchirures et les décollements rétiniens sont-ils traités?
Des déchirures rétiniennes avec peu ou pas de décollement peuvent être traitées avec le laser ou les procédures (cryopexie) de congélation. Quelques déchirures rétiniennes n’exigent pas de traitement.

La majeure partie des décollements de la rétine exige une chirurgie pour replacer la rétine séparée contre le mur arrière de l’oeil (la choroïde). Il y a plusieurs méthodes utilisées aujourd’hui. Le type de chirurgie utilisé dépend du type et de l’ampleur du décollement et de la préférence du patient et du chirurgien de la rétine.

L’anneau scléral est l’opération la plus répandue pour un décollement isolé de la rétine. Dans ce procédé, on situe d’abord la déchirure ou le décollement de la rétine. Un morceau flexible de caoutchouc ou de plastique est alors cousu à la sclère (blanc de l’oeil) pour soutenir le secteur déchiré ou décollé. Le fluide peut s’écouler sous la rétine isolée.

La rétinopexie pneumatique est une nouvelle méthode pour la réparation du décollement de la rétine. Il n’est pas approprié à tous les types de décollement. Dans cette technique, la déchirure ou le décollement est identifié puis traité de la façon suivante : une bulle de gaz spécial est alors injectée dans l’oeil. Le gaz est employé pour pousser le décollement sur la choroïde.

La vitrectomie est une autre méthode chirurgicale pour traiter quelques types de détachement rétinien. Elle est habituellement utilisée pour des décollements étendus ou difficiles à rejoindre, lorsqu’il y a excessivement de sang dans le vitré ou pour les décollements qui ont échoué avec d’autres méthodes.

Est-ce que ma vision va récupérer après un décollement de la rétine?
Avec les méthodes courantes, environ 9 décollements sur 10 de la rétine peuvent être réparés. Puisque le décollement peut endommager la rétine, la plupart des personnes ne récupèrent pas une vision parfaite.

Si la macula (la portion centrale ou la partie centrale de la rétine) n’est pas affectée par le décollement, environ 2 yeux sur 3 obtiendront une vision satisfaisante.  Si ce secteur central est touché, environ 1 oeil sur 3 yeux seulement regagnera une bonne vision.

(Source : Association des Optométristes du Québec)